Message d'avertissement

The subscription service is currently unavailable. Please try again later.

« Vais-je me combler, asphyxiée de sel et de boue ? » La Méditerranée parle. En arabe, italien, occitan, français, en fière non-humaine, elle vit ses paysages et ses eaux. Elle délivre une parole sur le littoral, la techno croate, les oliviers, l’acidification et les plastiques. Elle prend les corps de Mounâ, Enza, Chloé, Mondher, Cristòl... Elle rayonne, danse, chante, joue, raconte. Elle vient de Carthage mais court à Lausanne, a grandi à Tunis puis à Marseille. Depuis les plages de Torchiarolo, elle voit l’Albanie et l’île de Corfou où elle a toujours habité. Ayant bien failli mourir en lac étouffé, elle fut Mésogée, Au milieu des terres, il y a 245 millions d’années. Elle regarde ces humains qui la nomment et qu’elle a vu naître en ses rives. Elle accompagnera leur crépuscule. « Voudraient-ils faire de moi un cimetière ? ». En sa chair géologique, des Alpes au cirque de Gavarnie dont elle est la sœur, elle restera le théâtre de soulèvements, de morcellements et de métamorphoses, encore pour 20 millions d’années.

Le GdRA invite des artistes et des scientifiques à partager une expérience de création. Ensemble ils traduisent la Méditerranée sur scène, en deviennent les parlantes et parlants. Conçu par le collectif Scale, un dispositif de néons robots à leds personnifie la mer, varie les éclats, abyssaux, spectraux, clairs, puis le noir profond et la lueur soudaine d’un blanc vif. Avec la chorégraphie de Julien Cassier, l’acrobate Mounâ Nemri et la danseuse Chloé Beillevaire, de Tunis à Bruxelles, déchirent l’espace d’une vague ou d’une ondulation. Enza Pagliara prête sa voix et sa langue des Pouilles italiennes à la mer. Depuis les plages occitanes, Christophe Rulhes exprime des paysages sonores marins. Mondher Kilani, anthropologue suisse de Tunis, donne sa biographie de voyage à la Mer. Avec Catherine Jeandel océanologue, et Christophe Rulhes, ils sont les auteurs du texte prononcé par Al bahr al-abiadh al-mutawassatt : la mer blanche du milieu.