Message d'avertissement

The subscription service is currently unavailable. Please try again later.

Deux acrobates évoluent en chorégraphie au son des paroles de Daniel Fabre et d’adolescents, enregistrés notamment dans des lycées et collèges en pays ruraux : paroles et accents de jeunes sur la transformation de soi, points de vue du chercheur. Les témoignages de la jeunesse peuvent aussi être collectés en contexte urbain, insister sur la diversité des profils et des langues. Les acrobates sifflent, crachent, portent des costumes dans lesquels se combinent le sauvage et le domestique, l’humain et le non humain, les traditions et styles urbains et ruraux, les genres féminin et masculin... autant de prises et de possibles chorégraphiques. Acrobaties, danses, paroles et silhouettes questionnent et montrent la métamorphose de la jeunesse, entre approbation et transgression, genres et règles, domestique et sauvage, sifflement de l’oiseau, sexualités et figure de l’ours... Pour une œuvre mixte, les paroles des adolescents et de Fabre, telles un texte théâtral, sont portées par une création musicale et sonore.

Daniel Fabre travaillait ce thème de l’initiation féminine et masculine « invisible » à partir de terrains contemporains où les garçons chassent, se déguisent, aiment les engins, imitent les oiseaux et les bêtes... Il est frappant de retrouver dans les villes et quartiers, à Paris ou à Marseille, les enjeux et les stéréotypes masculins de la ruralité dont parlait Fabre. Pour Siffleurs de danse, nous entendrons des extraits de la conférence Condorcet de Daniel Fabre, prononcée en 2015 à Paris, remis en jeux et en échos par les acrobates, la musique et les témoignages de la jeunesse en 2020.

Siffleurs de danse sera une forme légère, montrable sur une place publique, dans une cours de collège ou de lycée, dans une salle des fêtes ou dans la salle d’un théâtre. Elle s’adressera particulièrement à la jeunesse entre 12 et 18 ans, dont elle donnera à entendre des voix : comment se transformer et devenir à cet âge là ?